PartageNR #16 | Natacha Litzistorf,  Conseillère municipale, Ville de Lausanne

15/12/2023 par Contribution INR

Natacha Litzistorf, conseillère municipale en charge du Logement, environnement et architecture, de la Ville de Lausanne partage avec nous l’engagement de la ville pour un numérique responsable en action.

Pour commencer, pouvez-vous nous présenter la Ville de Lausanne ?

La Ville de Lausanne a été fondée selon le « Dictionnaire historique de la Suisse » environ 6’000 avant J.-C. Au fil du temps, la ville s’est développée et fin 2022, sa population était de 149’000 personnes. En termes du nombre d’habitantes et habitants, c’est la quatrième ville de Suisse et également la capitale du Canton de Vaud. L’administration publique emploie 5’600 personnes pour l’équivalent d’environ 4’600 postes à plein temps.

Pour quelles raisons avez-vous signé la Charte Numérique Responsable ?

Pour s’inscrire dans l’ambitieux Plan climat par la Municipalité en 2021, le Service d’organisation et d’informatique de la Ville de Lausanne a décidé de rejoindre l’Institut du Numérique Responsable. L’objectif était de pouvoir adopter une stratégie sur le long terme dans le cadre des activités liées au Système d’Information (SI) de la Ville de Lausanne.

Comment votre engagement pour un numérique responsable se traduit-il dans votre politique RSE ?

La Ville de Lausanne est une administration publique. Historiquement, la Ville de Lausanne a lancé d’importantes initiatives pour développer et améliorer sa responsabilité sociale. Par exemple, équité des salaires, postes de travail pour personnes en situation de handicap, appui social et financier aux Lausannoises et Lausannois, économie circulaire, développement durable, etc.

En ce qui concerne la stratégie de son SI, le Service d’organisation et d’informatique a également pris des initiatives pour des achats plus responsables (association PAIR), pour étendre la durée de vie de ses équipements via un atelier interne de réparation, étendre la durée d’exploitation des appareils, reconditionner des appareils en fin de vie pour leur offrir une seconde vie au travers d’associations à travers le monde, etc.

Quelles sont les principales difficultés que vous rencontrez ?

Lentement mais sûrement, tout le monde est sensibilisé aux enjeux de justice sociale et de justice climatique de notre temps. Par conséquent, la stratégie adoptée par le Service d’organisation et d’informatique est relativement bien comprise. Bien entendu, il y a encore un peu de résistance sur des éléments historiques mais lors du renouvellement d’un appareil ou l’adoption d’une solution consolidée, une communication factuelle et basée sur une argumentation écoresponsable permet de convaincre généralement les utilisatrices ou utilisateurs.

Comment votre organisation contribue-t-elle à la diffusion des enjeux et des bonnes pratiques du numérique responsable auprès de vos parties prenantes externes ? 

Avec l’obtention du label Numérique Responsable de niveau 2, la Ville de Lausanne, notamment son Service d’organisation et d’informatique, se sont engagés dans une vingtaine de type d’investissements responsables. Ces engagements incluent une communication et une sensibilisation régulières auprès du personnel de l’administration mais également du public au travers d’actions concrètes. Par exemple, la Ville de Lausanne a organisé une collecte de vieux téléphones portables et tablettes auprès de la population dans le but de leur donner une seconde vie via notre partenariat avec l’association NoOPS. L’initiative a rencontré un bon écho au point que l’action est aujourd’hui pérenne avec la récupération d’environ 250 appareils en 6 mois.

Quelles actions en faveur du NR avez-vous mises en place et dont vous êtes particulièrement fier ?

La Suisse est réputée pour être une grosse consommatrice d’appareils électroniques. La mise en place d’une collecte des téléphones portables et tablettes permet de réduire les aspects négatifs de cette frénésie de gadgets électroniques. Ainsi, au lieu de dormir dans un tiroir ou de finir dans une déchetterie, ces appareils connaissent une seconde vie ou sont recyclés manuellement pour un meilleur triage des matériaux. Pour une information complète : Collecte de téléphones et tablettes usagés

Quelles prochaines actions avez-vous prévues pour progresser dans votre démarche NR ?

Un préavis est en cours pour le renouvellement et surtout une consolidation des appareils d’impression. Les objectifs sont ambitieux car il faut renouveler un parc très divers, souvent très ancien, tout en offrant des équipements plus modernes qui consomment moins et seront moins nombreux : less is more, une philosophie bonne pour notre santé et pour celle de l’environnement. Autre avantage de cette migration stratégique : offrir à l’ensemble du personnel des impressions de qualité et avec une vitesse largement améliorée.

Pour terminer, avez-vous un conseil à donner ou une idée forte à transmettre aux signataires de la charte ou ceux qui souhaiteraient s’engager ?

La charte est une première étape qui doit amener l’organisation à développer une stratégie plus ambitieuse sur sa consommation de ressources (énergies, appareils, usages, etc.). En particulier, avec les besoins en numérique qui évoluent de manière exponentielle, il est impératif et urgent d’adopter les bonnes pratiques et de définir concrètement le cycle de vie complet de la donnée.